THÉNAC 17460

NOTRE PATRIMOINE

  • Laiterie coopérative créée en 1893 aux Arènes. On y fabriqua du fromage durant une très courte période, mais surtout du beurre et des yaourts. La cessation d'activité remonte à une quarantaine d'années. Postule pour faire partie du patrimoine industriel.
  • Village néolithique, 2 000 ans avant notre ère, sur la colline néolithique du Peu-Richard.
  • Nécropole celtique (gauloise) Paban-les-Arènes
  • Théâtre gallo-romain et thermes gallo-romains des Arènes. Le théâtre gallo-romain des Arènes de Thénac a été fouillé intégralement en 1990. Construit sur un terrain plat, le théâtre avait un diamètre de 90 mètres. Acquis par l'État le 25 juin 1986, il a été vendu à la commune le 21 mars 2000. Il est classé aux Monuments Historiques par arrêté du 18 décembre 1990. Des vestiges de thermes romains ont pu être reconnus, mais on n'a jamais pu découvrir de sanctuaire à cet endroit. L'ensemble du site gallo-romain a fait l'objet d'un classement aux Monuments Historiques par arrêté du 2 mai 1912.
  • Carrière gallo-romaine de l’Île Sèche ;
  • École militaire de Paban, ancienne usine d'armement HISPANO-SUIZA ;
  • Carrières de pierre bleue des Mauds ;
  • Les carrières du Fief-de-la-Clochetterie sont exploitées depuis l'Antiquité. Ce sont des carrières souterraines creusées dans un calcaire dur, de couleur blanche. d'une superficie de plusieurs hectares. Quatre bancs de pierre y étaient exploités, trois le sont encore ; le site postule pour faire partie du Patrimoine Industriel ;
  • Le château Maguier fut construit par Edmond Maguier entre 1873 et 1875 en pierre de Thénac ;
  • Le Grand-Logis fut rebâti au XVIIIe siècle sur le modèle des chartreuses girondines par Étienne Guinot (1695-1782), à qui son épouse depuis 1725, Cécile Thérèse Pauline de Rioult de Curzay (1707-1787), réussit à faire attribuer en 1729 la seigneurie de Monconseil, terre érigée en marquisat par le Roi pour Louis de Lorraine, prince de Pons. Le marquis fera édifier en 1738 et agrandir en 1767 un hôtel à Saintes (musée Dupuy-Mestreau, puis municipal), et reconstruire en 1735 celui de Thénac d'un style proche de celui de Boffrand (détruit au XIXe siècle).

À sa mort le Grand Logis sera transmis à son gendre, le comte Jean-Frédéric de La Tour du Pin Gouvernet, ministre de la Guerre en 1789, puis à la famille Eschassériaux ;

  • Église romane Saint-Pierre.
×